Bébé

Comment endormir un bébé de 20 mois ?

Quand l’heure du coucher devient infinie

A lire en complément : Quel âge lit Montessori ?

Si vos enfants dorment mal ou pas assez, c’est à parier que votre propre sommeil va rétrécir. Voici quelques pistes pour vous aider à gérer ces nuits tourmentées afin de ne pas perdre votre esprit.

Les bonnes habitudes de sommeil sont enseignées. Ils ne sont pas congénitaux chez les bébés. En général, les enfants ayant des problèmes de sommeil ont néanmoins des parents aimants et attentionnés. Ironiquement, ces mêmes sentiments se révèlent souvent les grands coupables : les parents, par désir de maintenir le bien-être de leur enfant, les empêchent de bien dormir.

A voir aussi : Quelle quantité vêtement acheter pour bébé ?

Syndrome du Souvenir

L’ heure du coucher est synonyme d’enfer pour beaucoup de parents. Les revendications et les négociations semblent sans fin : une autre histoire, un petit verre d’eau, une autre flaque d’eau, encore un baiser, etc. la patience ; l’enfant, lui, à pleurer. Ces tactiques utilisées par l’enfant pour reporter l’heure du coucher, sont appelées appelé syndrome de rappel.

Quelle réaction adopter ? Tout d’abord, il est important de comprendre que le syndrome de rappel est un signe d’intelligence, de créativité et d’imagination. Plus l’imagination d’un enfant est grande, plus il sera en mesure d’utiliser d’excuses pour monopoliser l’attention de ses parents et reporter le dodo. Un rituel clair de préparation du sommeil sera votre premier allié.

La routine Dodo

L’ établissement d’une telle routine marque clairement la transition entre le jour et la nuit (également valable pour une sieste) et sécurisera l’enfant. Plus tôt il a lieu dans la vie de l’enfant, mieux il s’y adaptera. Vous pouvez commencer à partir de l’âge d’un an, même si c’est entre 2 et 4 ans que le rituel prend tout son intérêt. Cela sera utilisé pour réduire la stimulation et plutôt se concentrer sur la relaxation. Ce réflexe est conditionné par la répétition des mêmes gestes et activités favoriseront l’endormissement.

Il est nécessaire d’éviter toute activité qui surexcite l’enfant (lutte, chatouillement, etc.) Parce que ces jeux au lieu de stimuler épuisant. Lire, argumenter, chansons sont donc des choix judicieux. Beaucoup de parents installent un coin de lecture dans la pépinière, ce qui permet à l’enfant d’associer cette pièce au repos et, par conséquent, dormir. Et puisque les mots doux se calment, que les derniers mots qu’un parent prononce sont des mots d’amour, l’enfant ne peut conduire qu’à la création de beaux rêves.

Les négociations qui se transforment en agacement et en pleurs ne finissent pas une journée sur une note positive ! La meilleure routine du dodo est celle avec laquelle vous pouvez vous allonger avec un cœur léger.

Les règles de base

Chaque approche éducative que nous adoptons avec nos enfants réussit mieux si certains principes sont respectés. Pour effectuer le rituel avant le coucher Pour faire un moment agréable pour tout le monde, il vaut la peine de considérer ce qui suit :

  • Puisque la routine dodo est d’une importance primordiale, il est important de ne pas la rendre bâclée. Il faut 15 à 20 minutes pour empêcher l’enfant, conscient de la volonté de ses parents, qui résiste encore à se mettre au lit.
  • Un horaire stable est essentiel. Plus les heures du soir, jeux, bains, rituels, dodo de jour en jour seront les mêmes, plus l’enfant aura à anticiper la continuation positive****1
  • L’ horaire irrégulier des parents ne devrait pas interférer avec le rituel ou le temps de sommeil d’un enfant. Par exemple, si l’un des parents travaille tard le soir, évitez de changer le rituel ou de reporter le lit jusqu’à ce qu’il rentre à la maison. Cela stimulerait l’enfant à un moment où le retour au calme est préférable.
  • Les enfants, quel que soit leur âge, comprendre plus que nous pensons ce qu’on lui dit. Parlez-lui de vos attentes à propos de son sommeil.
  • Le rituel doit avoir un début… et une fin ! Dépasser 30 minutes est inutile, même nuisible. Une demi-heure suffit pour trouver la paix nécessaire pour s’endormir.
  • Tout enfant imaginatif ne se conformera pas immédiatement à cette nouvelle routine. Il est très probable qu’il testera votre autorité, qu’il va essayer d’étirer le moment à nouveau. Soyez clairs et cohérents, et de préférence avant que les négociations n’aient lieu. C’est la dernière histoire… on chante une dernière chanson, puis on dit bonne nuit. Nous l’attachons, l’embarrassons, lui souhaitons bonne nuit, éteignez les lumières et éteignez. La « résistance » peut prendre quelques jours, mais votre fermeté et votre fermeté la décourageront. Si la méthode ne donne pas d’amélioration après 3-4 jours, il est nécessaire évaluer.
  • Pour bien dormir, l’enfant doit être réveillé au lit . Habitué à s’endormir seul dans sa chambre, seulement, s’il se réveille la nuit, il saura dormir à nouveau sans vous.

Un enfant qui dort mal rend la vie difficile pour ses parents. Vous avez également besoin d’une bonne nuit de sommeil pour être en forme, car vos batteries sont rapidement à plat si les problèmes de sommeil de votre enfant persistent. Veuillez noter que la grande majorité de ces problèmes peuvent être résolus rapidement si vous intervenez correctement. Votre motivation et votre cohérence garantissent le succès des interventions et une vie familiale paisible. Ce sera donc bientôt un vague rappel d’un épisode difficile.

Brigitte Langevin — InfoSommeil.ca Auteur/enseignant et formateur certifié Spécialisé dans le domaine du sommeil Ausommeil Expert en éducation www.brigittelangevin.com