Parents

Pourquoi la punition est nécessaire ?

L’ un des points qui sont le plus souvent soulevés avec peur par les parents et les éducateurs est celui de la punition : comment faire comprendre à un enfant les conséquences de ses actions ? Comment faire grandir un enfant sans tomber dans la « tyrannie » du « roi de l’enfant » ?

La punition est l’une des traditions les plus anciennes de l’éducation : les châtiments corporels, les brimades et autres privations sont la vie quotidienne des enfants depuis des siècles. Et si, au cours des cinquante dernières années, l’opinion publique s’est ouverte à d’autres façons de faire, de « l’interdiction de l’interdiction » des années 1960 à la percée actuelle des pédagogies alternatives, on croit encore souvent que la punition est une garantie d’une bonne éducation et que ce n’est pas un service de rendre les enfants ne pas les punir, parce que cela leur donnerait dans l’illusion d’un monde loin « ours ». Nous savons maintenant que la punition est inutile et plutôt contre-productive.

A lire aussi : Comment ne pas communiquer son stress ?

En effet, dans une vision bienveillante et positive de l’éducation, nous évitons la punition pour deux raisons :

  • Parce qu’il est inefficace

La sanction n’a jamais empêché personne de recommencer, et selon la fameuse phrase, si la peine fonctionnait, nos prisons seraient vides pendant longtemps. Cependant, il convient de noter que ce n’est pas le cas.

A lire aussi : Comment déclarer que je suis enceinte ?

La punition est inefficace parce qu’il s’agit de gestes, mais pas de sa cause : l’enfant est puni pour avoir exprimé des insultes, parce qu’il a battu son frère, parce qu’il a marché dans le couloir quand il était trois fois qu’on lui a dit de ne pas le faire… L’adulte punit l’enfant pour un comportement qu’il (à juste titre ou non) a considéré comme insuffisant.

Les gestes sont des messages pour les enfants. Leur comportement est un indicateur de leurs besoins, physiques ou émotionnels. Les « absurdités », « caprices » et autres « désobéissance » sont donc des appels que l’enfant nous appelle pour nous dire quelque chose : il est fatigué, a besoin d’attention, de calme, de temps, d’autonomie… Punir c’est rester le geste sans déchiffrer le message. Et tant que le besoin n’est pas satisfait, l’enfant continuera, avec de plus en plus de violence parfois, et jusqu’à ce que quelqu’un l’écoute et l’écoute.

  • Parce que cela nuit à la confiance en soi de l’enfant

La punition stigmatise un enfant selon son comportement : c’est le « mordeur », « cancers », le « lent »… il colle des étiquettes : la personne qui ne répond pas, celui qui n’est pas accepté est puni… l’enfant ne se sent pas autorisé, accueilli, accepté comme Il est. Au fil du temps, il prendra l’étiquette comme la vérité sur lui et essaiera de se conformer à la façon dont il a été vu à un moment donné dans sa vie, par laquelle il soustrait de sa vraie personnalité.

D’ autre part, la punition vise à se souvenir de l’enfant, le garder sur le « chemin droit », et donc il comprendra qu’il y a quelque chose de mauvais en lui qui doit absolument être maintenu sous contrôle. Dans les deux cas, la construction de la confiance en soi de l’enfant sera compromise.

Cependant, un enfant a besoin d’un cadre. L’éducation laxiste, c’est-à-dire celle dans laquelle l’enfant est laissé à lui-même, sans règle ni cadre, beaucoup incertain.

Mais alors, comment se passer de punir ?

abord Tout d’ , et puisque le geste de l’enfant est un message qui vise à exprimer un besoin, concentrons-nous d’abord sur le décodage du message. Essayons de comprendre ce qui se passe : y a-t-il un changement dans la vie de l’enfant ? Est-ce qu’il passe par les procès (arrivée d’un frère ou d’une sœur, divorce, déménagement, accès à l’école…) ? Il est fatigué ? A-t-il besoin d’attention et de proximité ?

Deuxièmement , et dès que nous comprenons le message, essayons de répondre au besoin de l’enfant. Habituellement, il s’agit de besoins fondamentaux : faim (besoin de manger), fatigue (besoin de dormir), attachement (besoin d’un câlin, attention, temps de qualité seulement avec l’adulte…). C’est seulement en écoutant et en répondant au besoin pour nous d’arrêter le comportement.

Troisièmement , nous pouvons offrir à l’enfant de restaurer ce qu’il a fait. C’est ce qu’on appelle la conséquence réparatrice. Elle diffère de la punition en ce qu’elle vise, une fois que les besoins de l’enfant ont été satisfaits, à proposer de prendre conscience de ses actes et prendre des mesures selon la méthode qu’il choisit de poursuivre. Comme la peine est imposée par l’adulte, la conséquence réparatrice est la possibilité offerte à l’enfant de rétablir et de rétablir le lien, dans l’équilibre d’une relation.

Donc, s’il a quelque chose de sale ou de cassé, on peut lui proposer de nettoyer ou de réparer. S’il blesse quelqu’un, on peut lui demander pardon. Il est important de ne pas forcer l’enfant à s’excuser d’une manière (« dire pardon », ou pire – « faire un baiser »), mais pour l’aider à trouver le chemin qui lui convient (faire un dessin, faire quelque chose, faire un gâteau…).

Voici quelques citations inspirantes sur le sujet de la punition :

« La punition est toujours une erreur. Ils sont humiliants pour tout le monde et n’atteignent jamais le objectif désiré. » Célestin Freinet

« L’idée d’avoir à payer pour un comportement inapproprié reste très fondée. Mais les enfants s’améliorent quand ils se sentent encouragés. Jane Nelsen

« La punition n’enseigne qu’une chose : éviter la punition. » B.F. Skinner

« L’enfant qui a le plus besoin d’amour est souvent le moins gentil. » Jane Nelsen

« La punition n’est pas la manifestation de son autorité. Nous punissons pour manque d’autorité. » Isabelle Filliozat

« Si les châtiments devaient s’entraîner, il y aurait une grande lutte pour que les espèces humaines ne commettent plus de crime. » Isabelle Filliozat

« La carotte et le bâton sont des stimulants convaincants et largement utilisés. Mais traitez les gens comme des ânes, et ils se comporteront comme des ânes. » J. Whitmore

« Pourquoi sommes-nous surpris que nos enfants songent à nettoyer les coutumes, à se nier au lieu de chercher des solutions pour résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés ? Nous les avons utilisés pour punir en réponse à leur comportement inapproprié au lieu de trouver des moyens de les traiter ou de les faire amende. » Faber et Mazlish